Franz, dora, la petite fille et sa poupée

Franz, Dora, la petite fille et sa poupée de Didier Lévy et Tiziana Romanin, Sarbacane
Franz, Dora, la petite fille et sa poupée de Didier Lévy et Tiziana Romanin, Sarbacane

Berlin, dans les années 1920.

Les jours de Franz Kafka, atteint de la tuberculose, sont comptés.

 

Alors qu’il se promène dans un parc avec sa jeune compagne, Dora Diament, il rencontre une petite fille très chagrinée d’avoir perdu sa poupée. Inspiré par la situation, Kafka la console en lui disant que celle-ci est seulement partie en voyage. Pour étayer son propos, il se lance dans l’écriture d’une série de lettres signées par la poupée, racontant à la petite fille ses envies de liberté, d’émancipation et ses voyages. Au fil des lettres, la poupée devient une jeune femme indépendante, et la petite fille grandit à son tour …

 

Les illustrations aux tons sépia de Tiziana Romanin s’inspirent de l’art nouveau et nous embarquent avec délice dans les années folles. En arrière plan, des scènes de rue en noir et blanc rendent les scènes plus réalistes.

 

Le texte, inspiré d’une histoire vraie relatée par Dora Diamant, sa compagne de l’époque (c’est aussi le sujet d’un roman de Fabrice Colin paru en janvier, La poupée de Kafka), évoque avec délicatesse la difficulté de grandir et celle d’écrire.

 

 

Le déclin de l’écrivain est abordé avec douceur, bordé par l’amour et le soutien de la jeune Dora.

 « Soleil et douceur, encore. Encore un peu».

 

Franz, Dora, la petite fille et sa poupée n’est pas qu’une histoire de poupée, vous l’aurez compris. C’est surtout l’histoire d’un écrivain en plein déclin, toujours insatisfait de son travail, qui trouve l’inspiration dans les yeux d’une petite fille.

« Franz sourit aussi : lui qui n’est jamais content de ses livres, lui qui veut détruire tous ses manuscrits, il a quand même le sentiment d’avoir réussi quelque chose avec ses mots. »

 

Un album d’une grande beauté, très émouvant, qui sait exprimer le pouvoir de la littérature, des mots, à nous consoler et à sublimer la réalité pour nous aider à vivre. Pour moi, un joli coup de coeur !

 

Petit PS : On serait tenté de penser que ce type d'illustration n'attire pas les plus jeunes ... Que nenni ! A la bibliothèque où je travaille, à peine ai-je sorti le livre qu'une petite fille, intriguée par la couverture, me le demandait ... ;)

Écrire commentaire

Commentaires : 0