Bluebird

Bluebird, de Tristan Koëgel, éditions Didier Jeunesse
Bluebird, de Tristan Koëgel, éditions Didier Jeunesse

Quelle longue absence !

 La vie de bibliothécaire jeunesse n'est pas de tout repos : nouveau poste, nouveaux projets...
Et l'obtention du concours d'Assistant des biblitohèques, qui va me permettre d'accéder à des postes encore plus intéressants !
Eh oui, la vie est belle en ce moment :).

Mais je m'égare, je venais vous parler du magnifique Bluebird, de Tristan Koëgel.

 

 

L’apartheid fait rage en Amérique, dans les années 40. Les noirs ne sont plus des esclaves, mais se tuent au travail dans les champs de coton.

 

Minnie et son père sillonnent les routes du Mississipi. Ici et là, ils jouent du blues : lui à la guitare, elle à l’harmonica. Partout où ils passent, on réserve un bon accueil au songster talentueux et à sa fille. C’est ainsi qu’ils mènent leur vie, sans attaches, sans jamais s’arrêter.

 

Mais le jour où Minnie se blessse la jambe, elle et son père sont obliger de s'installer quelques temps dans une plantation.

 

Pour Minnie, 13 ans, c’est l’occasion de s’enraciner, de lier connaissance avec d’autres enfants, surtout le mystérieux Elwyn … Et peut-être, d’enregistrer un disque : son rêve !

Pour son père, Curtis, en revanche, c’est une entrave à sa liberté et un retour vers ce qu’il a cherché à fuir : l’obligation de travailler dans les champs de coton, pour un planteur tyrannique.

 

A partir de là, rien ne se passera comme prévu. D’interventions barbares du Klu Klux Klan en histoire d’amour contrariée, les masques tombent au fil des changements de narrateur. Noirs, indiens, immigrés irlandais venus chercher le salut… De son écriture fluide, Tristan Koëgel donne à voir les liens invisibles tissés entre des populations persécutées.

 

 « L’argent qu’elle était venue rendre, c’étaient nos ancêtres qui l’avaient collecté pour les siens, quand ils avaient appris que des familles entières mouraient de faim de l’autre côté de l’océan. Le souvenir de la piste des larmes était encore bien frais. Ils n’avaient pas voulu que d’autres connaissent les mêmes malheurs qu’eux et s’étaient cotisés pour que tous ceux qui avaient encore assez de force puissent s’embarquer sur un bateau et tentent à nouveau de vire le ventre plein. Voilà la dette dont les Dalley voulaient s’acquitter ».

 

Tandis qu’une véritable révolution a lieu au cœur de la plantation, Minnie poursuit seule sa route du blues, des petites baraques de la plantation aux grandes scènes de Chicago, vers un destin extraordinaire. Le chagrin, le succès, et l’amour, seront au bout du chemin.

 

Un récit fascinant, inattendu, lancinant, à la beauté à la fois gaie, immensément triste et rageusement vivante, comme un vrai morceau de blues.

 

Arrivés au bout de cet incroyable roman, vous n’aurez qu’une envie : vous plonger dans la playlist proposée par l’auteur pour découvrir ou redécouvrir les standards de blues qui en constituent le fond sonore du roman : http://bit.ly/Bluebird-playlist 

 

Bonne évasion à tous !

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0